cv artistique et démarche

Diplômes

2017 : Diplômée de l’école Nationale supérieure d’Art de Limoges, DNSEP (diplôme valant grade master)
2014-2015 : Pratique de la céramique à l’école supérieure de la céramique (M la céramique) à Montpellier
2015 : Obtention du DNAP à l’école supérieure des beaux-arts de Montpellier
2012 : Obtention du baccalauréat série ES, économique et social, option musique

Expériences professionnelles artistiques

Expositions :

2017 Juin : Toutim, exposition collective au Musée Cécile Sabourdy de Vicq sur Breuilh (Limousin)
2017 Avril : Exposition R.A.S, organisée par l’association LezArts à la friche de Mimi à Montpellier
2016 Décembre : Exposition Cont{r}act Earth, à la première biennale internationale de Chine Centrale, au musée de Henan à Zhengzhou (Chine)
2016 Juin : Exposition collective, Pièces Montées, au Vieux Château de Vicq sur Breuilh (Limousin)
2015 Mars : Exposition collective, J’habite ici, à l’Anacrousse, Montpellier
2015 Février : Exposition collective BUZZ # 6, à la galerie APERTO, Montpellier

Stages :

2017 Avril : au sein de l’Association Don Jigi Fest, scénographie des espaces « détentes », création des décors, à Vitré (Bretagne)
2016 Avril : au sein de l’association Don Jigi Fest, scénographie des espaces « détentes », création des décors, à Vitré (Bretagne)
2015 Février : dans l’atelier de Christine Labeille, artiste céramiste à Chusclan (Gard)
2014 Novembre : avec l’artiste Mabel Palacin, assistanat dans le cadre de son exposition à la galerie de l’école des Beaux-Arts de Montpellier et du FRAC du Languedoc-Roussillon
2014 Juillet : initiation au tour à façon chez Cécile Tsaousoglou, artiste potier-sculpteur à Montpellier
2013 Novembre : Galerie AL\MA (Montpellier) assistanat, accrochage et médiation dans la cadre du salon du dessin DRAWING ROOM au Carré Sainte Anne à Montpellier

Démarche

Au fil des années et de mes expériences plastiques, je découvre de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques, dans le cadre des enseignements que je reçois ou par hasard : faute de moyens, il m’arrive de devoir me débrouiller pour trouver des solutions. Dans ce cas j’apprends par moi-même.

Lorsque j’appréhende un nouveau matériau, j’aime développer les techniques qui le concernent, ce qui me permet de faire évoluer ma maîtrise des outils. Je ne vois pas la réflexion de ma « pensée plastique » comme quelque chose de linéaire, mais plutôt comme une démarche fluctuante vis-à-vis du monde, de mes projets. Je cherche avant tout à multiplier mes sources d’information, je parle avec mon entourage, qu’il soit issu du monde artistique ou non. Je puise mon inspiration dans mon quotidien, dans la rue, sur Internet, etc. Je ne souhaite pas me limiter à des outils classiques ou ayant un lien direct avec l’art. C’est l’un des points de ma recherche qui a le plus évolué : aller vers ce qui m’attire, tout en gardant un esprit critique quant à ce que je fais.

Pour moi, la recherche est aussi la recherche de la bonne méthode, qui évolue avec le travail. Il faut prendre le temps de faire les choses, et aussi de faire des erreurs. On franchit ainsi des sortes de paliers qui ne sont pas forcément l’aboutissement d’un projet, mais qui incarnent le rendu d’une démarche à un instant t. Comme il n’y a pas vraiment de fin dans la recherche, le temps que l’on y passe est celui qui est nécessaire au franchissement de paliers, le résultat escompté n’étant pas défini au départ, puisque au départ il n’y a que des hypothèses. Le but n’est pas défini. A priori, aucun résultat concret ne peut être attendu.